Menu Fermer

Formation à l'Assomption

Aidez-nous, partagez ce contenu :

Par Pr. Jay Lituñas, A.A.

À l'Assomption, j'ai commencé ma responsabilité en formation quand j'étais en 3ème année d'études théologiques. J'ai contribué à temps partiel à la formation prénoviciat. Depuis 2015, j'ai débuté en tant que formateur à temps plein auprès de nos prénovices. J'aime beaucoup le travail de formation parce que je crois que c'est ma façon de construire la congrégation de manière significative ainsi que l'Eglise

Je dois admettre cependant que tout ne va pas bien dans ce ministère. Certaines personnes vont et viennent. Certaines personnes semblaient prometteuses au début mais ont fini par devenir un désastre en raison de certaines choses pour lesquelles elles ne sont pas transparentes. Certaines personnes auraient des débuts difficiles mais termineraient l'année avec beaucoup de croissance. Étant donné que la plupart de ceux que nous acceptons ont dans la trentaine et ont eu leur propre carrière, l’un des grands défis consiste à les aider à s’adapter aux rigueurs d’une vie structurée et à leur détachement progressif de leur famille, de leurs réalisations et de leurs comportements. Cela aide quand on a affaire à des personnes âgées et professionnelles. Je n'ai pas à agir en tant que policier pour chacun. Pour ceux qui n'ont pas de formation au séminaire, l'un des grands défis consiste à faire preuve de patience en leur montrant la dynamique de la vie en communauté. Cependant, cette circonstance est une excellente occasion de faire de la formation car ils sont plus «formables».

Il n’existe pas de règles strictes en matière de formation, en particulier ce que j’ai vécu à l’Assomption, car nous traitons avec chaque individu. La formation est plus souple en gardant toujours à l'esprit l'objectif d'une telle étape de formation et la volonté du candidat de passer à l'étape suivante. Des décisions difficiles doivent être prises pour savoir si un candidat est prêt ou non pour la prochaine étape de sa formation. La décision est toujours communale, par exemple au sein de la commission de la formation ou du conseil du territoire ou au niveau du provincial et de son conseil. La franchise doit être exercée pour indiquer au candidat ses zones de croissance et pour faire des corrections fraternelles. Je dois accompagner le candidat de près et de près et dans presque tous les aspects de sa vie, sachant qu'il s'agit de sa première entrée dans la vie religieuse. Selon mon expérience, le processus de formation ne sera efficace que si le Frère est suffisamment transparent sur son parcours et sur son ouverture pour collaborer avec le formateur, le supérieur ou Dieu.

En tant que formateur, je m'efforce d'être comme un frère pour ceux qui sont en formation sans me mettre à part. Nous jouons généralement ensemble à des jeux. Nous nous moquons de nos erreurs ensemble. Nous plaisantons les uns les autres. Nous mangeons la même nourriture et buvons presque la même boisson. Nous prions ensemble. Nous faisons l'apostolat ensemble. Nous partageons nos réflexions, joies et douleurs. Nous faisons les tâches ménagères ensemble. Nous faisons la navette ensemble. Nous sommes affectés par certaines difficultés ensemble, mais pas avec la même intensité. Je fais connaissance avec leurs familles et leurs amis. Je vais rendre visite à leurs familles chez eux. La formation est en effet un ministère très excitant et parfois frustrant. Je remercie Dieu et mes supérieurs pour cette mission. Finalement, je me dis: «C’est le travail de Dieu. Je ne suis qu'un collaborateur. »En tant que formateur, il faut être aussi proche que possible de Dieu.

Au cours de mes 3 années en tant que formatrice, j'ai vu le pire et le meilleur chez les gens. J'ai vu les désirs les plus profonds et les rêves les plus élevés des Frères. Je remercie ceux avec qui j'ai voyagé et je continue à voyager pour m'avoir permis d'entrer dans leur monde et pour la confiance qu'ils m'ont donnée. Je remercie mes collègues formateurs et mes supérieurs pour la confiance qu'ils m'accordent dans cette tâche très importante consistant à former des personnes au stade initial. Je les remercie également pour leur aide précieuse, en particulier lorsque la situation semble très déconcertante.

La Règle de Vie, la Ratio Institutionalis, quelques documents de la congrégation et de l'Église m'aident dans cette responsabilité de former de futurs religieux. Dans ce ministère, j'ai également la possibilité de me contrôler en tant que religieux et ministre ordonné. Est-ce que je donne aux candidats un bon exemple? Il ne s'agit pas de leur montrer le modèle parfait, mais de les former par l'exemple, alors que je m'efforce de suivre le Christ en étant pauvre, chaste et obéissant. Il s’agit aussi de leur montrer comment le Royaume est présent dans mon action et dans mon attitude. Enfin, à l'Assomption, l'un des grands défis de la formation est la formation à l'internationalité sans préjudice de l'individualité. En formation, les choses peuvent être un tel acte de foi et une impossibilité apparente. Mais avec Dieu, tout ne devient réalité que si nous collaborons avec ses grâces qui ne sont là que pour nous.

Aidez-nous, partagez ce contenu :